• De la Terre à la Lune

    De la Terre à la Lune

    Le Gun-Club, à Baltimore, décide d'entrer  en communication avec la Lune. De passionnants débats au sujet de la réalisation du projet, dirigés par le président du club, Barbicane, agitent bientôt d'éminents spécialistes. La forme du boulet qui sera lancé, les matériaux qui le composeront, le lieux de lancement et l'énergie nécessaire pour propulser l'engin dans l'espace sont autant de problèmes scientifiques que Jules Verne expose et résout sans jamais ennuyer le lecteur. L'entreprise prend une dimension tout autre lorsqu'un Français fantaisiste, Michel Arden, propose de s'embarquer, en compagnie de Barbicane et d'un autre Américain, à bord du boulet réaménagé. Après une campagne pleine de succès, l'idée est finalement acceptée : les trois hommes sont donc projetés en direction du satellite terrestre. Le roman se clos sur une terrible interrogation : les voyageurs, ayant dévié de leur trajectoire initiale, se retrouvent en orbite autour de la Lune sans que personne puisse imaginer le dénouement d'une telle situation.

    De la Terre à la Lune

    Les qualités d'anticipation des oeuvres de Jules Verne ont parfois été minimisées ; on a en effet insisté sur le fait que l'auteur n'aurait été qu'un vulgarisateur scientifique. En d'autres termes, il n'aurait fait que déduire les conséquences des nouvelles connaissances et des découvertes des chercheurs de son temps. Ces considérations semblent injustifiées à la lumière d'un texte tel que De la Terre à la Lune ; car aucune technologie alors existante ne permettaient d'envisager, même dans un lointain futur, qu'une expédition vers la Lune soit un jour réalisable. Par ailleur, le choix des Etats-Unis comme cadre d'une telle entreprise, et plus précisément de la Floride - où sont aujourd'hui groupées les activités de la NASA - devrait laisser songeur le plus sceptique des détracteurs de l'écrivain. Jules Verne est bien un visionnaire : non seulement il imagine de nouveaux moyens pour que l'homme réalise ses rêves ; mais, de plus, il anticipe les désirs de progrès de ses contemporains.

    **********

    Ecoutons Jean Verne, son petit fils...

     

    De la Terre à la Lune - Analyse

      

    " Quand nous sommes allés sur la Lune dans les années 60, on s'est rendu compte que la description de ce voyage dans De la Terre à la Lune était étonnement proche de la réalité de la mission Apollo. En fait, Jules Verne a travaillé avec un ingénieur qui a effectué des calculs. Dans l'histoire, il a indiqué que le meilleur endroit pour décoller vers la Lune c'était la Floride, ce qui s'avéra être l'emplacement presque exact de Cap Canaveral. Il y aussi d'autres similitudes avec Apollo : la trajectoire de sa fusée, le nombre d'astronautes, la forme de la fusée aussi. Et enfin, Apollo est retombé dans l'Océan pacifique à cinq kilomètres de l'endroit indiqué par mon arrière-grand-père.    

     

    Là où Jules Verne a été un visionnaire, c'est lorsqu'il a considéré dès 1860 que ce serait les Américains qui iraient en premier sur la Lune et que cette conquête viendrait de la guerre. Verne estimait que la guerre de Sécession ferait faire un bond en avant à la recherche balistique. Or, il se trouve que Un, ce sont bien les Américains qui ont beaucoup investi dans la recherche techno-scientifique militaire, et ont effectivement acquis, par la même, les moyens technologiques pour voyager sur la Lune; et Deux, que c'est bien la seconde Guerre Mondiale qui a déclenché une course à l'armement et aux missiles intercontinentaux. On voulait torpiller le plus vite, le plus loin et le plus haut possible. C'est donc cette recherche dans l'armement qui a permis de mettre au point la technologie spatiale des années soixante, les fusées lunaires et la série Apollo. "

    De la Terre à la Lune - Extraits et citations

    LES PREPARATIFS COMMENCENT. RIEN N'EST LAISSE AU HASARD.

    Liste des questions qu'une telle entreprise suscite à cette époque dans l'esprit du lecteur :
    Est-il possible d’envoyer un projectile dans la Lune ?

    ... Quelle est la distance exacte qui sépare la Terre de son satellite ?

    Quelle sera la durée du trajet du projectile auquel aura été imprimée une vitesse initiale suffisante, et, par conséquent, à quel moment devra-t-on le lancer pour qu’il rencontre la Lune en un point déterminé ?

    À quel moment précis la Lune se présentera-t-elle dans la position la plus favorable pour être atteinte par le projectile ?

    Quel point du ciel devra-t-on viser avec le canon destiné à lancer le projectile ?
    Quelle place la Lune occupera-t-elle dans le ciel au moment où partira le projectile ?
     ..........
      
     LA QUESTION DE SAVOIR SI LA LUNE EST HABITEE NE MANQUE PAS D'ETE POSEE MICHEL ARDANT N'A PAS SON PAREIL POUR REPONDRE

    En me plaçant au point de vue de la philosophie naturelle, je serais porté à penser comme eux ; je me dirais que rien d’inutile n’existe en ce monde, et, répondant à ta question par une autre question, ami Barbicane, j’affirmerais que si les mondes sont habitables, ou ils sont habités, ou ils l’ont été, ou ils le seront.

    Enfin, si j’étais théologien, je lui dirais que la Rédemption divine semble, suivant saint Paul, s’être appliquée non seulement à la Terre, mais à tous les mondes célestes. Mais je ne suis ni théologien, ni chimiste, ni naturaliste, ni physicien. Aussi, dans ma parfaite ignorance des grandes lois qui régissent l’univers, je me borne à répondre : Je ne sais pas si les mondes sont habités, et, comme je ne le sais pas, je vais y voir ! »
      

     

    ..........

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :