• Les Enfants du capitaine Grant

    Les Enfants du capitaine Grant

    Lord Glenavarn et sa femme Helena, repêchent, lors d'une croisière, une bouteille contenant un appel au secours écrit en trois langues.
    Après un méticuleux déchiffrement, ils découvrent que cette missive a été jetée à la mer par le capitaine Grant alors qu'il était en captivité. Se voyant refuser toute aide de la part de leur pays, les deux époux décident de s'engager eux- mêmes, avec leur navires, dans la difficile mission de rechercher le capitaine. Retrouvés graçe à une annonce parue dans la presse, les enfants de l'infortuné marin, Mary et Robert Grant, les accompagnent dans cette périeuse aventure. Le danger et le suspense sont présents à chaque page; des animaux féroces menacent à plusieurs reprises la vie des voyageurs et un certain Ayrton se glisse parmis les membres de l'équipage afin de s'emparer du navire. Tout les pièges seront habilement déjoués, pour le grand bonheur de Marie et de Robert qui peuvent ainsi retrouver un père qu'ils croyaient mort.  

    Les enfants du capitaine Grant

    A une époque où les voyages sont encore rares, Jules Verne a le grand mérite, par des récits comme celui-çi, de faire connaitre à son public des contrées lointaines. En effet, grâce à l'expédition, les passagers effectueront le tour du monde en passant par l'Amérique du Sud et l'Océanie pour revenir finalement à leur point de départ, l'Ecosse. Les enfants du capitaine Grant reflète l'attitude très optimiste de Jules Verne à l'époque de la parution du livre, c'est-à-dire en 1866 - 1867. L'auteur est convaincu, malgré le problème croissant des nationalismes, que des hommes de diverses origines peuvent se réunir pour mener à bien un projet commun : ce projet est ici celui de recherche du naufragé. Quelques années plus tard, la guerre franco-allemande et la persécution des communards donneront à ses romans une connotation plus sombre.

    Les enfants du capitaine Grant

    Un savant à l'érudition encyclopédique accompagne souvent les héros de Jules Verne. Ce rôle est joué par le géographe Paganel aussi distrait que savant. 
    « Monsieur, dit alors Glenarvan, à qui ai-je l’honneur de parler ?
    — À Jacques-Éliacin-François-Marie  Paganel, secrétaire de la Société de Géographie de Paris, membre correspondant des sociétés de Berlin, de Bombay, de Darmstadt, de Leipzig, de Londres, de Pétersbourg, de Vienne, de New-York, membre honoraire de l’institut royal géographique et ethnographique des Indes orientales, qui, après avoir passé vingt ans de sa vie à faire de la géographie de cabinet, a voulu entrer dans la science militante, et se dirige vers l’Inde pour y relier entre eux les travaux des grands voyageurs. »

    Les enfants du capitaine Grant

     S’il est un roman de Jules Verne où « géographique » rime parfaitement avec « pédagogique », c’est bien dans Les Enfants du capitaine Grant.
     Ce roman se base avant tout, comme dans bien d’autres récits de l’auteur, sur un cryptogramme qui reste à déchiffrer. C’est ainsi une bouteille jetée à la mer, et retrouvée forcément par hasard, qui va lancer l’intrigue de ce qui constitue l’un des ouvrages, certes les plus longs, mais surtout les plus beaux et les plus riches de Jules Verne.

     

     

    L’objet de cette aventure est la recherche d’un père, le capitaine Grant. Pour ce faire, les différents protagonistes vont voyager autour du globe terrestre, le long du 37° parallèle, dans l’hémisphère sud. 
    La géographie est au cœur de ce Voyage Extraordinaire, et elle incarnée en personne par Paganel, un homme aussi savant que distrait, qui va essayer tant bien que mal de percer les mystères d’un texte bien plus difficile à déchiffrer qu’il n’y paraît. 
    Tels sont aussi les mystères de la géographie, qui a pour ambition de comprendre la terre, cette terre que les hommes parcourent incessamment depuis l’origine des temps. Or ce voyage interroge aussi sur les mystères de l’homme et de son évolution, à une époque où de nombreuses théories contradictoires s’affrontent à tous points de vue. Enfin, la présence du jeune Robert Grant, l’un des enfants du capitaine que l’on recherche désespérément, nous rappelle à quel point géographique doit rimer avec pédagogique, ce que Jules Verne accompli à merveille dans ce roman aussi long que remarquable.

    Les enfants du capitaine Grant - la Pierre de Rosette

    La pierre de Rosette est un fragment de stèle gravée de l'Égypte ancienne portant trois versions d'un même texte qui a permis le déchiffrement moderne des hiéroglyphes. Elle permis au déchiffrage des hiéroglyphes.

     

    Le capitaine Grant ne se trouve pas en Amérique du sud. Le document en trois langues tel la pierre de Rosette doit être étudiée une nouvelle fois. Paganel en fait une nouvelle interpretation et font route vers le continent australien.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :